Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/09/2012

Rosé-pamplemousse: est-ce vraiment du vin?

 

Vin rosé © cyclonebill - 2012

La bouteille, c'est une bouteille de vin. En la voyant, on se dit « c'est du rosé ». Mais regardez celle-ci : on voit sur l'étiquette une moitié de pamplemousse et la mention « rosé-pamplemousse ». Et c'est le produit leader de ce marché avec 80 % des ventes. Mais, comme BABV (le sigle pour Boisson Aromatisée à Base de Vin), on trouve d'autres déclinaisons du style : rouge-griotte, ou blanc-citron vert. Les grandes surfaces, les installent en tête de gondole des rayons concernés par le type de vin.

 Pour autant, ils doivent être considérés comme un apéritif. D'ailleurs, les amateurs de vins vous disent « berk » ou « je préfère un bon Côte de Provence ou un bon Chablis ».

 Cela n'a rien à voir : il s'agit d'un assemblage de vin pour 60 à 90 % de sa composition. On ne sait pas d'où il provient. Il contient entre 7 et 10 degrés d'alcool et des arômes de fruits  naturels. Il existe un projet de réglementation européen à ce sujet.

 Dans le « Very Pamp' », je lis qu'il y a également de l'eau, du sirop de pamplemousse et du sucre. C'est donc un produit sucré qui n'a rien à voir avec un vin de caractère, qui coûte beaucoup moins cher également, (2,50 à 4 euros en moyenne).

 Cela peut faire penser à un kir. Les mauvaises langues diront que quand il fait chaud, de la limonade dans du rosé, c'est délicieux. Et c'est justement la raison du succès de ce type de boisson rafraichissante fait maison qui a incité des industriels à se lancer. Ces vins aromatisés sont franco-français pour l'instant, produits et vendus en France. Il vient d'en sortir un avec des bulles, « Ice pamploon bubble », réservé aux cafés et aux restaurants, les bulles étant peut-être le moyen d'étendre encore ce marché.

 

Vous pouvez retrouver cet article sur le site suivant: http://www.franceinter.fr

 

Je complète un peu cette info en exprimant le fait que les vignerons comme moi ne sont pas forcément réfractaires au marketing, seulement, cela serait équitable que ce genre de produits soient clairement présentés aux consommateurs et que le flou artistique de la législation ne permette plus de faire tout et n'importe quoi. En effet, quoi de plus simple que de camoufler un vin de piètre qualité avec des arômes flatteurs de sucre et de fruits. Je veux encore croire que tous ces produits ne sont pas un leurre quant à la qualité du vin de base utilisé...mais qui peut vérifier?

Messieurs, Dames, amateurs de vins, n'oubliez pas de consommer aussi chez vos Vignerons et Cavistes, sinon, ces derniers disparaitront les uns après les autres, grignotés par les coups marketings et l'évolution des gouts vers le tout sucre. Nous avons également un rôle de conseil alors n'hésitez pas à nous poser toutes les questions qui vous importent, ca les grandes surfaces ne le font pas, même pendant les fameuses Foires aux vins...

Bien à vous

Chris des Cardinelles.

Commentaires

Bonjour,

j'adore l'anecdote au sujet du vin coupée à base de limonade. Dans mes campagnes les anciens avaient l'habitude des blancs limés (vi blanc plus limonade) ou comment faire du neuf pour les nouvelles générations avec de l'ancien en faisant croire que c'est hype...
Ado, j'avais aussi l'habitude de rencontré des blanc pêche (sirop+ vins) qui avait tendance à masquer l'acidité ou l'alcool pour les jeunes...

Bref rien de neuf sous le soleil... rien que du déjà repackagé!

A+

Yann

Écrit par : CONVERS | 09/09/2012

Bonjour Yann,
Merci pour ce commentaire :)
Je ne sais pas d'où tu es originaire mais il est clair que ces pratiques se faisaient (ça continue d'ailleurs) dans beaucoup de campagnes, donc comme tu dis: rien de bien neuf!
A+
Chris

Écrit par : Chris | 10/09/2012

Les commentaires sont fermés.